Phase I (2005-2010)

 

Contexte

L’initiative IROQUA a démarré sur un constat : l'effort scientifique et technologique réalisé par les organismes de recherche et par les constructeurs au cours des dernières décennies était jugé insuffisant en dépit de la réduction considérable du bruit des aéronefs que l’on avait déjà obtenue. Pour la bonne marche du transport aérien, il était indispensable que cet effort soit renforcé.

A ce titre, IROQUA s’est appuyé sur propositions développées par la structure de réflexion européenne ACARE, propositions visant à satisfaire les aspirations des riverains à une amélioration des conditions de vie autour des aéroports tout en favorisant le développement durable du transport aérien sans impact négatif sur l'environnement.

Dans ce but, des objectifs clairs, qui impliquent l'ensemble des intervenants du secteur aéronautique, ont été exprimés à l'horizon 2020 :

  • réduire le bruit perçu de 10 dB par opération ;
  • contenir les nuisances sonores dans le périmètre de l'aéroport ;
  • réduire de 50% la surface d'exposition au bruit par opération pour les hélicoptères.

La complexité du problème a ainsi justifié une approche globale et concertée des différents acteurs (encore appelée "approche équilibrée") qui permette de combiner les efforts de recherche portant sur :

  • les technologies de réduction de bruit ;
  • le développement de procédures opérationnelles à moindre bruit ;
  • les moyens d'évaluation de l'impact sur l'environnement.

Périmètre d'activité et objectifs généraux

La satisfaction de ces enjeux environnementaux, mais aussi la volonté exprimée par l'ACARE de maintenir le leadership technologique européen, passe par le renforcement de la compétitivité des industriels français et du niveau d'excellence des organismes de recherche nationaux. Cet objectif ne peut être atteint qu'en assurant la complémentarité des actions de recherche nationales et européennes dans le cadre d'un projet national fédérateur.

Le périmètre des activités du programme IROQUA a donc inclus tous les domaines scientifiques et techniques susceptibles de participer à la réduction des nuisances sonores par le biais de solutions technologiques. Dans ce cadre, l'action d'IROQUA s’est focalisée sur les études liées à la réduction du bruit à la source (aéronefs, moteurs, équipement, ...) ainsi que sur le contrôle du vol et du trafic (procédures opérationnelles et trajectoires à faible bruit).

Démarche et organisation

Pour stimuler l'effort d'innovation dans la durée, la démarche d'IROQUA a consisté à rassembler, sur le plan national, les acteurs de la recherche en assurant la cohérence et la complémentarité des travaux et en optimisant l'utilisation des ressources intellectuelles et financières.

Cette démarche a induit la mise en œuvre d'actions de soutien à :

  • la compréhension et la modélisation des phénomènes ;
  • la validation générique d'approches technologiques innovantes ;
  • la mise en place d'instruments permettant aux différents partenaires industriels d'étudier l'intégration de ces nouvelles technologies à leurs produits.

Elle a également inclus l'identification de voies d'amélioration des infrastructures (moyens d'essais et de calcul) au mieux des intérêts communs.

Sur le plan technique, la première phase d’IROQUA s’est présentée comme un programme visant à renforcer les capacités de recherche en soutien de futures applications industrielles par une action centrée sur les grands domaines suivants :

  • Modélisation physique et outils numériques : Comprendre et modéliser
  • Structures absorbantes : Innover dans les matériaux et les structures
  • Technologies actives : Innover dans les technologies actives
  • Benchmarks expérimentaux et numériques : Comparer et valider par l'expérience
  • Intégration des techniques de réduction de bruit : Intégrer les technologies

L'organisation d'IROQUA, durant cette première phase, s'est appuyée sur une structure de groupes de travail thématiques rassemblant pour chacun des domaines les meilleurs experts nationaux. Ces groupes, constitués de représentants de l'ONERA, du CNRS et des industriels Airbus, Dassault Aviation, Eurocopter et Safran, ont réalisé la veille scientifique et technologique, ont synthétisé l'état de l'art, ont identifié les pôles d'excellence, ont traduit les besoins industriels en objectifs scientifiques et on formulé et orchestrée les projets.

On trouvera ici une fiche de présentation du contexte dans Iroqua fut lancé en 2005.